Guider les entreprises d’excursions vers des pratiques écoresponsables

Le suivi de progression de l’Alliance Éco-Baleine offre un cadre détaillé permettant aux membres de d’abord mesurer puis améliorer leur pratique écoresponsable. Il s’agit d’un suivi exclusif à l’industrie de l’observation des baleines dans le parc marin pour une offre de services de qualité supérieure dans le plus grand respect des mammifères marins.

Le suivi de progression de l’Alliance Éco-Baleine offre un cadre détaillé permettant aux membres de d’abord mesurer puis améliorer leur pratique écoresponsable. Il s’agit d’un suivi exclusif à l’industrie de l’observation des baleines dans le parc marin pour une offre de services de qualité supérieure dans le plus grand respect des mammifères marins.

SUIVI EXCLUSIF

  • Mesurer les progrès 2014-2018, les points forts, les points à travailler.
  • Se donner des cibles.
  • Apprécier, quantifier les efforts de tous (GREMM, entreprises, Parcs Canada, Sépaq)

Investis dans une démarche d’amélioration continue pour la pratique écoresponsable de l’activité d’observation en mer des baleines, les membres de l’Alliance démontrent leur volonté d’atteindre les objectifs fixés en participant volontairement au tout premier suivi de progression dans l’industrie au Québec.

Mis en place comme projet pilote durant la saison 2014, le suivi de progression vise à mesurer le niveau d’intégration des diverses notions véhiculées par les principaux outils de l’Alliance soit ; le Guide des pratiques écoresponsables et les réponses aux questions les plus fréquemment posées par les visiteurs à propos des excursions en mer.

Le suivi de progression comprend plusieurs indicateurs visant à mesurer chaque étape du cycle de visite, soit à partir du moment où le visiteur commence à rêver de son activité jusqu’à son retour à la maison, après son séjour.

ENJEUX ET INDICATEURS

LIMITER les impacts des activités d’observation sur les baleines
  • Nombre d’avis formels pondéré au nombre d’heures passé en patrouille
  • Indice d’activités d’observation où le béluga a été ciblé
  • Indice de respect du règlement sur les activités en mer
  • Indice des pratiques écoresponsables dans la navigation
  • Indice de la concentration de bateaux sur les sites d’observation
SENSIBILISER le public à la conservation
  • Indice des pratiques Éco-Baleine dans la promotion et le marketing
  • Indice des pratiques écoresponsables dans l’accueil des visiteurs
  • Fréquence inversée à laquelle les visiteurs demandent à se rapprocher des baleines
  • Indice des pratiques écoresponsables dans le discours d’interprétation
  • Indice de satisfaction et de sensibilisation des visiteurs
SUIVRE des pratiques responsables d’un point de vue environnemental, social et économique
  • Proportion des entreprises régionales (admissibles) membres
  • Proportion des permis de classe 1 membre
  • Indice de respect du règlement AOM, à l’extérieur des limites du parc marin
SE DEVELOPPER dans un esprit de concertation en regroupant les acteurs du tourisme, de la recherche et de la conservation.
  • Indice de courtoisie et de solidarité en mer
  • Taux de participation aux rencontres de l’Alliance Éco-Baleine
  • Nombre d’heures de patrouille effectuées par les gardes de parc
  • Pourcentage de réalisation des plans d’action annuels
ASSURER le suivi de la ressource et de l’efficacité des mesures de gestion
  • Pourcentage de réalisation des objectifs du Fonds Éco-Baleine
  • Indice de participation et d’avancement du suivi de progression
  • Indice de satisfaction de la formation
  • Perception des capitaines et naturalistes sur le taux d’efficacité de l’AEB

« L’Alliance Éco-baleine se traduit par un regroupement de passionnés qui désire pratiquer de façon écoresponsable des activités d’observation des baleines. Le développement durable de la pratique permet d’observer les mammifères marins dans une perspective de respect et de conservation de l’espèce. Cette amélioration continue contribue au maintien d’une collaboration entre les différents utilisateurs… »

Nicolas Moreau

Croisières Essipit

Le cycle de l’expérience

du visiteuR

Cycle de l’expérience du visiteur associées aux champs d’action de l’alliance éco-baleine

ÉTAPES DU CYCLE DE L’EXPÉRIENCE DU VISITEUR ASSOCIÉES AUX CHAMPS D’ACTION DE L’ALLIANCE ÉCO-BALEINE.

Comme il ne suffit pas de promouvoir une navigation en mer écoresponsable pour assurer la protection des mammifères marins, l’Alliance Éco-Baleine a décidé d’élargir son champ d’action et d’appliquer ses principes à toutes les sphères du cycle de l’expérience du visiteur. Cela comprend le moment où le visiteur commence à rêver de son activité jusqu’à son retour à la maison, après son séjour. Le choix des indicateurs à mesurer dans le cadre du suivi de progression se fait donc en conséquence. Par exemple, l’Alliance Éco-Baleine encourage le personnel responsable des ventes en billetterie et les naturalistes en mer à informer les visiteurs de l’existence du règlement et de l’aire marine protégée. Ainsi, on s’assure que la clientèle soit bien consciente de la fragilité de l’écosystème avec lequel elle doit cohabiter durant son expérience en mer et des contraintes de réglementation avec lesquelles les capitaines doivent composer.

ÉTAPES DU CYCLE DE L’EXPÉRIENCE DU VISITEUR ASSOCIÉES AUX CHAMPS D’ACTION DE L’ALLIANCE ÉCO-BALEINE.

Comme il ne suffit pas de promouvoir une navigation en mer écoresponsable pour assurer la protection des mammifères marins, l’Alliance Éco-Baleine a décidé d’élargir son champ d’action et d’appliquer ses principes à toutes les sphères du cycle de l’expérience du visiteur. Cela comprend le moment où le visiteur commence à rêver de son activité jusqu’à son retour à la maison, après son séjour. Le choix des indicateurs à mesurer dans le cadre du suivi de progression se fait donc en conséquence. Par exemple, l’Alliance Éco-Baleine encourage le personnel responsable des ventes en billetterie et les naturalistes en mer à informer les visiteurs de l’existence du règlement et de l’aire marine protégée. Ainsi, on s’assure que la clientèle soit bien consciente de la fragilité de l’écosystème avec lequel elle doit cohabiter durant son expérience en mer et des contraintes de réglementation avec lesquelles les capitaines doivent composer.

Nous joindre

Crédits photo

Frédéric Deland • Lise Gagnon • Naya Lebovitz • Geneviève Lessieur • Jean-Louis Provnecher • Laurent Silvani • Marcial Tremblay

©2019 — TOUS DROITS RÉSERVÉS — ALLIANCE ÉCO-BALEINE